Hôtel
Beaubrun

17-19 rue Michel le Comte 75003 Paris

3 000 m² – Livraison : 2013

Acquéreur : EMERIGE, Utilisateur : EMERIGE

L’hôtel Beaubrun et une vitrine du savoir-faire d’Emerige en matière de rénovations proposées à ses clients. Un art de vivre qui s’applique à l’art de travailler.

Un emplacement unique en plein cœur de Paris.

Dans le quartier historique du Marais, à Paris, l’hôtel Beaubrun est un ancien hôtel particulier du XVIIe siècle. Après une rénovation de grande envergure dans le respect de l’architecture des lieux, Emerige lui a redonné vie en y insufflant un esprit contemporain, et en y apportant son goût pour l’innovation et pour l’art.

L’hôtel Beaubrun accueille aujourd’hui le siège de l’entreprise.

L’emplacement unique en plein cœur de Paris, dans le quartier du Marais, à proximité du Centre Pompidou, haut-lieu de la création contemporaine, et des galeries d’art du quartier, sonne comme une évidence.

Connaissant l’intérêt pour les demeures historiques et la nécessité pour l’entreprise de s’installer dans des locaux plus vastes, Emerige décide d’acquérir en 2012 l’hôtel particulier dénommé « Beaubrun ». La feuille de route de la restauration est limpide : Limiter les restructurations pour rendre ses lettres de noblesse à cet ensemble datant du 17ème siècle.

La maîtrise d’œuvre a donc été assurée par un architecte en chef des Monuments Historiques pour les parties extérieures et d’un architecte d’intérieur pour les parties communes, les espaces de réception et de travail.

Les 12 mois de travaux s’achèvent avec une restitution fidèle des façades comme des éléments intérieurs (parquet moulures cheminée), tout en apportant le confort moderne. C’est au rez-de-jardin,  rez-de-chaussée et dans l’escalier d’honneur, que l’intervention de l’architecte d’intérieur François SCHMIDT s’est imposée dans le respect constant de l’architecture du bâtiment et de son histoire tout en apportant une touche de modernité. Une efficacité discrète dans la qualité des interventions afin que le bâtiment devienne un écrin, tant pour les hommes qui y travaillent que pour les œuvres d’art qui les habitent.